in ,

Justin Trudeau manifeste en soutien à la contestation en Iran

Spread the love


Un Premier ministre a battu le pavé samedi. Justin Trudeau a défilé avec des manifestants réunis dans la capitale, Ottawa, en soutien au mouvement de contestation qui secoue l’Iran depuis plus de 40 jours.

« Nous allons continuer dans notre lutte pour un meilleur avenir, pour tout le monde à travers la planète, surtout les femmes en Iran qui ont souffert », a déclaré Justin Trudeau, s’exprimant devant une banderole blanche recouverte de dizaines d’empreintes de mains rouges. « Nous sommes là solidaires avec vous et nous allons continuer de l’être », a-t-il ajouté avant de terminer son discours en prononçant des slogans iraniens, le poing levé, sous les acclamations de la foule. A ses côtés, son épouse, Sophie Grégoire Trudeau, a expliqué être présente car « la liberté d’une femme, c’est la liberté de toutes les femmes ».

Des sanctions contre des responsables iraniens

Le chef du gouvernement a rappelé avoir annoncé depuis un mois plusieurs salves de sanctions contre des dizaines de hauts responsables du régime iranien en réponse à ses « violations systématiques des droits de la personne » lors des manifestations qui secouent le pays.

La contestation, menée notamment par les femmes, ne faiblit pas depuis la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, le 16 septembre. Mahsa Amini est décédée trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs qui lui reprochait d’avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique.

Des rassemblements étaient en outre organisés dans d’autres villes canadiennes, d’un bout à l’autre du pays, notamment à Vancouver, Montréal, Winnipeg ou encore Toronto où des manifestants ont formé des chaînes humaines. A l’étranger également, des milliers de personnes se sont réunies samedi à Paris et dans d’autres villes françaises.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Les succès, ratés et classiques modernes de 2022

Top 14: L’UBB se donne de l’air